Archives de catégorie : Non classé

Reinvent teaching by bringing coaching approach in engineering schools

What if we reinvented teaching by bringing coaching approach in engineering schools?

This week challenge was to invite 50 students of UniLaSalle university in Beauvais (north of France) to discover innovation management. How can we bring innovation in agriculture, nutrition and geology?

21761464_338967416548333_4736430546450306151_n

Prototyping helps you get feedbacks from your potential users! The earlier you meet them, the earlier you learn! #FailFastLearnFastSucceed

Engineer students from UniLaSalle in Beauvais found ways to bring innovation to their products when they demonstrated their prototypes to their peers!
Another day of digging golden nuggets and engaging in small steps to move forward!

Next week we will introduce them to Agile mindset!
#DesignThinking #InnovationManagement#Prototyping #Personas #CustomerJourney#Vision #Empathy #Inspiration

 

21762113_339423903169351_1247932246869244318_n

Fresque collective – La Fabrique du Changement Toulouse – 18 mai 2017

Un plaisir de partager la réalisation d’une fresque collective avec Fanny Monod-Mitrev (fanzyl.net) et les participants de la Fabrique du Changement de Toulouse à la Grainerie ! 

L’occasion de saisir avec quelle intention les participants sont venus, qu’est-ce qu’ils ont vu et vécu et enfin avec quoi ils repartent !


Quelques morceaux choisis : les participants racontent comment ils ont vécu leur journée ! 


Merci à Fanny pour cette belle journée partagée et un grand bravo à Isabelle Duchamp, Caroline Roussel et toute l’équipe organisatrice de la Fabrique du Changement Toulouse !

Enseignement à l’UTC – Transposition de l’agilité à la  la programmation architecturale ! 

Ça y est j’ai pu réaliser ma première mise en relation entre la programmation architecturale et l’agilité ! 
Lundi 3 Avril 2017, je donnais un cours à mon ancienne Ecole d’ingénieurs : l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) dans l’UV « Modes opératoires de la construction » à destination des étudiants en Génie des Systèmes Urbains (cursus que dont je suis moi-même diplômée).

Ma proposition pour ce cours était de transposer les pratiques des Product Owner issues du développement logiciel au rôle de Programmiste dans la conception architecturale de bâtiment ou d’aménagement urbain. 

Au menu : manifeste Agile, partage de la visio , story map, dot voting…. Intelligence collective bien sur !


L’objectif pour les étudiants était de définir le programme (expression des besoins) pour la construction d’une Ecole d’ingénieur ecoresponsable à Monaco 🙂 

Les résultats atteints en très peu de temps sont prometteurs !

Les étudiants ont particulièrement apprécié la dynamique de travail proposée.


Je vous invite à lire le témoignage de Gabriel Pimenta étudiant brésilien en échange à l’UTC qui raconte comment il a vécu cette journée : https://www.facebook.com/gabrielpimentaandrade/posts/1002367729865004

Presentation inversée autour de la découverte de la facilitation graphique à l’Agile Tour Sophia 2016

« Dessinez vous et votre passion sur les petits papiers distribués. Passez le papier à votre voisin qui va vous présenter à partir de ce qu’il comprend de votre dessin. »

La richesse d’interprétation du dessin par le voisin a révélé des caractéristiques allant bien au delà de l’intention initiale émise par le dessinateur.

Capture en temps réel des présentations et des attentes de chacun.

Fresque à 4 mains pour l’Agile Tour Sophia 2016

C’est l’histoire d’une rencontre : lors de ma participation le 10 novembre 2016 au congrès sur le thème de l’intelligence collective à Avignon, j’ai eu le plaisir de rencontre Jérôme Lavens et Bruno Forand. Tous deux œuvraient sur la fresque construite en intelligence collective.

L’idée nous est venue de là. J’avais déjà eu vent de collaboration à 4 mains et cela m’intriguait. J’ai proposé à Bruno de renouveler l’expérience lors de l’Agile Tour Sophia 2016.

C’était une découverte, un vrai plaisir de réaliser cette fresque à 4 mains avec Bruno !



Grâce aux petits papiers distribués lors des conférences nous avons pu collecter les pépites découvertes par les uns et les autres mais aussi les émotions et les ressentis. 

Bien-être en scribant – Conférence de Stéphanie Chasserio, Jean-Claude Delgenes et Cécile Pascal au PMI Sophia

Ce soir lundi 15 juin 2015, nous étions conviés par le PMI Côte d’Azur à une soirée sur le thème du bien-être au travail…

Personnellement, ma source de bien-être ce soir est provenue du Scribing 😉

Trois intervenants se sont succédés pour nous donner leur vision du bien-être au travail.

image

L’objectif du projet porté par le PMI est de développer une synergie en réunissant des entreprises souhaitant développer le bien-être parmi leurs salariés. Ces entreprises partenaires se réuniront pendant des ateliers de travail tout un long de l’année afin de co-écrire une pièce de théâtre sur le thème du bien-être au travail.

Cette pièce de théâtre sera jouée au théâtre de Grasse en juin 2016.
Plus d’informations sur le projet : Conférence PMI sur la performance par le bien-être au travail

26 mars 2015 – Agile play ground #3 : Emotion recall

Ce n’est plus juste un événement, l’Agile play ground de Sophia est devenu un rendez-vous attendu par chacun avec impatience !

Ce 3ème play ground était l’occasion d’essayer un nouvel icebreaker : « Zoom » proposé par Romain Vignes. Chacun se voit confier une page d’un livre qu’il doit cacher. L’objectif est de retrouver l’ordre des pages juste en expliquant ce qu’il y a sur son image.
Quand tout le monde pense être à la bonne place, les pages sont retournées.

image

Ce soir 3 ateliers étaient proposés :
The big payoff animé par Régis Rallo dans lequel les avantages d’une planification Agile par rapport à une planification waterfall dans un portefeuille de projets sont mis en avant.
Le carton bleu animé par Nicolas Verdot. Ce jeu a pour objectif de montrer l’importance d’avoir une approche systémique au sein d’une entreprise et que l’amélioration isolée d’une entité ne génère pas forcément de bénéfice pour toute l’organisation.
– Un atelier en deux temps sur le thème du travail en équipe proposé par Arnaud Gervais et moi-même : tout d’abord le Marshmallow challenge puis la Crevasse.

Le Marshmallow challenge

J’affectionne tout particulièrement le Marshmallow challenge car il a été déclencheur pour moi. Il m’a permis d’ancrer des émotions en moi auxquelles faire appel quand je me retrouve dans des situations similaires. Par exemple,  prototyper dès le début en devient un réflexe.
J’avais envie d’offrir aux participants cet outil pour qu’ils puissent également bénéficier de sa capacité à faire appel aux émotions, une sorte de « Emotion recall ».

C’est bien cela qui est l’âme même de l’agile play ground : « Emotion recall »…

Après deux soirées à l’agile Play Ground les premiers effets bénéfiques se font ressentir parmi les participants.

Lors de la présentation du Marshmallow challenge, un des participants m’interpelle : « Qui est le Product Owner? A qui je peux demander ce qu’il veut exactement ? ». Lors du dernier play ground, je me rappelle que ce participant avait pris grand mal à trier un jeu de cartes en guise de story… Et au final, il s’est vu refuser la story livrée car l’ordre de tri n’était pas celui souhaité. Nul doute qu’il n’avait pas envie de revoir faire surface la  déception ressentie ce jour là.

image

Je continue la présentation du challenge « Vous avez 18 minutes pour… » Autre question de l’assemblée : « Une seule itération ? On ne découpe pas en plusieurs itérations ? » C’est vrai que 18 minutes c’est énorme par rapport aux itérations de 3 minutes auxquelles certains jeux lors des précédents Play Ground nous ont habitués.
« A vous de vous organiser comme vous le souhaitez »…

Je fini la présentation, je demande s’il reste des questions. « Il va y avoir des surprises ? »  Par surprise comprendre des problèmes, les fameux impediments auxquels tout projet est confronté. Lors du premier PlayGround, la jambe cassée d’un collaborateur avait bien mis à mal le projet des jardiniers agiles. « Rassurez-vous pour une fois il n’y en a pas… « .

image

Une fois de plus j’ai pris plaisir à partager trois recettes d’amélioration continue qui paraissent évidentes à la lecture mais que l’agile play ground par cet « Emotion recall » aide à transformer en réflexes de base :
– Ne pas hésiter à demander au Product Owner ce qu’il veut
– Procéder par itération
– Etre conscient des risques qui peuvent survenir.

La crevasse

Développer la confiance… Comment survoler une crevasse de 2 mètres ? Challenge encore plus fort comment survoler une crevasse de près de 3 mètres ? Je ne pensais pas pouvoir le faire ça, vraiment, quand j’observais les marques au sol je previsualisais les corps penchés des 2 alpinistes en herbe et je me disais c’est impossible.

image

Ce jeu met en oeuvre notre corps tout entier. C’est l‘engagement total de chacun qui est soumis au ressenti.

En pratiquant, on se rend compte qu’à deux on est très fort surtout quand on est suffisamment en confiance pour s’appuyer sur l’autre.

Décidément, l’agile play ground joue avec nos émotions et nos ressentis !

Dribbler ou scriber ? Il faut choisir

Lundi, Patrick Sarfati nous proposait dans le cadre d’un Meetup du French SUG à Sophia une mise en parallèle du monde sportif et du monde l’entreprise. Pour l’occasion, deux invités en la personne de Michael Lake, joueur professionnel de basket et Philippe Agostini coach sportif.

C’était l’occasion pour moi de trouver une petite place au fond de la salle et de sortir mes marqueurs !

image

Rapidement l’euphorie de la mise en place à laissé place au stress de la situation (c’était mon premier scribe live en public).

Inspirer, expirer… Ca va bien se passer…

Mais voilà que le premier piège s’affiche face à moi : « la structure prédéfinie » en la personne de « Marty ». Connaissez-vous « Marty » ? C’est un acolyte de Jurgen Appelo dans son livre management 3.0. qui permet de décrire les 6 axes du management 3.0.

image

Je fonce dans le piège… Je dessine Marty en plein milieu sur ma feuille… Mince, il est grand quand même, il ne me reste pas beaucoup de place… Je sens que j’ai fait une erreur… Je capture tout de même les premiers échanges sur ma feuille. « Attention à la structure prédéfinie » , me dit une petite voix. Marty me semble décidément de plus en plus une mauvaise idée… Courageusement : j’efface. Je recommence. Je cherche à capter les trois points de vue : le coach, le joueur pro, le public. Il me faut une « structure », je ne la trouve pas…
Après coup, je me dis qu’une structure plus intéressante aurait été dans le parallèle sport/entreprise… Tout simplement.

D’une oreille attentive,  j’essaie de comprendre tous les tenants et aboutissants de la discussion. J’essaie de bien comprendre les échanges qui se mettent en place. Je suis attentive, je me fais absorber dans la discussion, je vis le dribble.
Et mince, je tombe dans un nouveau piège : « S’impliquer dans le sujet ». Je perds le focus de mon dessin. Il faut que je me raccroche à ma feuille.

Inspirer, expirer…

Le temps imparti touche à sa fin, nous avons abordé 3 thèmes sur les 6 prévus. Ma feuille qui me semblait trop petite en début de session présente des grands vides. Dans un dernier élan, je couche quelques dessins issus d’échanges en mode plus informel avec le coach et le basketteur pro. Je cale ça rapidement dans un espace vide de ma feuille. L’être humain a peur du vide… Je n’y réchappe pas à mon plus grand désespoir…

Le temps presse je replie le chantier, j’aimerai faire une photo. Tous les joueurs désertent de terrain du Meetup.

image

Me voilà face à mon dessin que j’affiche sur le mur. Je lui trouve des défauts et des qualités néanmoins.
En le regardant à nouveau,  je me rends compte que j’ai oublié de mettre un titre !

On apprend de ses erreurs…